Surprises et chocs culturels - 1

April 6, 2016

Lorsque l’on déménage sur un autre continent, on est nécessairement amené à observer des différences avec son pays d’origine, notamment des différences culturelles (et c’est ce qui rend l’expérience intéressante !). En seulement cinq jours j’ai déjà pu en faire l’expérience un bon nombre de fois. J’écrirai ces expériences dans des articles séparés, car elles n’ont pas beaucoup de rapport avec ce que je peux raconter dans des articles de type “journal de bord”. Le format sera un peu désordonné car j’écrirai simplement ce dont je peux me souvenir. Je soupçonne qu’il y aura plusieurs articles sur les différences culturelles, alors je vais d’ores et déjà commencer à numéroter ces articles.

La première surprise, même si je m’y attendais, c’est la faune sauvage. Les États-Unis possèdent de vastes régions peu urbanisées, et pour cette raison on rencontre fréquemment des animaux sauvages. Venant de la France où il reste assez peu (voire pas du tout ?) de zones complètement sauvages, c’est assez surprenant. Par exemple, peu après mon arrivée Marta m’a expliqué que les bacs poubelles utilisés ici sont bear proof, ce qui signifie “résistant aux ours”… Le couvercle est verrouillé et ne peut s’ouvrir qu’en appuyant simultanément sur deux leviers (ce que les ours ne peuvent apparemment pas faire). Quelqu’un m’a aussi raconté qu’il est déjà arrivé qu’un élan se balade dans la rue piétonne Pearl Street. Même s’il est rare de voir des ours et des élans (je n’en ai pas encore vus), tout ça parait complètement délirant quand on vient d’un pays où il n’y a que très peu d’animaux sauvages (ou seulement des petits). Il est par contre fréquent de croiser des petits animaux : ratons-laveurs, renards, et surtout beaucoup d’écureuils, y compris en pleine ville. Voilà une photo de l’un d’eux :

Écureuil

Le premier choc culturel, ce sont les repas. Je ne critique pas la cuisine américaine : les clichés que l’on s’en fait existent ici comme en France (nous avons importé beaucoup de leurs enseignes de fast-food), mais d’après ce que j’ai pu voir les gens achètent des aliments sains et cuisinent des plats normaux. Le choc culturel vient plutôt de l’aspect social des repas. En France cet aspect est très ancré : à moins de vivre seul, chaque repas est prétexte à passer du temps avec d’autres gens. Ici, les gens ont plus tendance à manger dans leur coin. Je me suis surpris à attendre les gens pour manger, avant de m’apercevoir qu’ils ne se soucient pas du tout de commencer en même temps que moi. C’est une situation assez étrange et difficile à décrire, mais je m’y adapterai certainement.

Une différence notable, en tout cas dans mon quotidien, concerne les bus. Bon, déjà en France la première fois que j’ai pris le bus je ne savais pas qu’il fallait appuyer sur un bouton pour demander un arrêt… Je connaissais le métro qui s’arrête à chaque station, alors pour moi il était naturel que le bus fasse pareil. En fait non. Ici c’est pareil, il faut demander l’arrêt. Sauf qu’il n’y a pas de bouton ! Il faut en fait tirer sur un câble qui est tendu horizontalement le long des fenêtres du bus. Ce n’est pas évident à deviner, et c’est seulement indiqué par de minuscules étiquettes collées près du câble. Avant de voir quelqu’un s’en servir, j’étais convaincu que ce câble servait juste à se tenir… Les bus ne rendent pas la monnaie : le chauffeur n’a pas de caisse, et on met les sous dans une machine qui ne rend pas la monnaie, donc si on n’a pas l’appoint pour le ticket il faut considérer l’excédent comme un don à la compagnie de transports (évidemment on ne peut pas mettre moins que le prix du ticket). En parlant de ticket, il n’y en a pas (du moins quand on paye le trajet dans le bus, je crois qu’il est possible d’acheter des carnets de tickets quelque part), il faut demander un reçu si on tient absolument à avoir un bout de papier avec soi pendant le trajet. Il faut aussi demander un ticket de transfert si on souhaite emprunter une autre ligne de bus. Enfin, à Boulder les lignes de bus qui parcourent la ville ne sont pas désignées par des numéros mais par des noms (celles qui desservent les villes voisines sont désignées par des numéros). C’est assez pratique une fois qu’on a compris la logique.

Nouveau choc culturel : les gens en général ont l’air super heureux au travail. Vraiment tout le monde : les chauffeurs de bus, les personnels des caisses des magasins, les personnels de l’université qui me donnent toujours plus de paperasses à remplir, les collègues du labo, les bibliothécaires, etc. Ils sont surtout heureux de pouvoir rendre service (par exemple, le chauffeur du bus me conduisant de l’aéroport de Denver jusqu’à Boulder était super heureux de porter mes deux valises de 23 kg) ou de pouvoir échanger quelques mots sympas (comme une caissière à Goodwill qui s’intéressait à mon arrivée récente ici). C’est assez agréable de croiser toute la journée des gens souriants, alors qu’à Paris tout le monde semble mettre un point d’honneur à détester son boulot (ou le boulot en général).